JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Iron (Fe)
    2655.847
    Fe
  • Forme ionique
  • Anion/Cation
    Fe++(+)
  • Leaf
  • Origine: Volcanic
  • 4-6mm around the root

Iron

(Fe)

Le risque de carence en fer est généralement peu fréquent puisque la plupart des roches-mères, en s’altérant, fournissent du fer en suffisance par rapport aux besoins des cultures. En revanche, il est une exception facilement identifiable : les sols calcaires. Le fer y est naturellement faible et le peu de fer disponible se voit très facilement immobilisé par le calcium en excès.

Les apports sont à raisonner en fonction du type de culture mais pas toujours faciles à maîtriser : soit à petite dose par voie foliaire, soit annuellement au sol sous forme chélatée, pour les cultures pérennes notamment.

Fe
Plant
Plant
Soil
Soil
Crops
Crops
Origin
Origin
Keys
Keys
Metabolisme:
Le Fer intervient surtout au niveau de la chlorophylle pour la photosynthèse. Une carence grave se traduit par de la chlorose (vigne).

Il intervient aussi dans la formation des protéines et la fixation de l’azote chez les légumineuses. 

Enfin, le fer joue un rôle dans de nombreuses réactions enzymatiques et dans la respiration.
MECHANISMES D'ABSORPTION
Le fer est en général assez abondant dans les sols. Toutes les roches magmatiques en ramènent du centre de la planète. Ce sont des silicates qui libèrent le fer par le jeu des solubilisations et oxydations. Ceci explique la couleur rouge des sols ferralitiques. 
L’acidité est favorable à la solubilité du fer, de même que l’absence d’oxygène qui constitue un milieu réducteur. En revanche, les roches calcaires en contiennent peu, et sa disponible est encore plus réduite par la fixation du calcium en excès. 
Il faut néanmoins distinguer la disponibilité et l’assimilabilité. En effet, si le sol est acide, le fer ferreux (Fe2+) est disponible mais les racines manquent d’oxygène. A l’inverse, si le sol est bien aéré, les racines sont actives mais c’est le fer qui s’oxyde et passe à l’état ferrique (Fe3+), ce qui réduit sa disponibilité s’il n’est pas chélaté par des molécules organiques.
INTERACTIONS, SPÉCIFICITÉ :
La quantité absorbée est directement liée à la concentration dans la solution du sol. A cela s’ajoutent d’autres mécanismes comme la sécrétion de substances « sidérophores » par les racines des graminées pour prélever le fer. Il existe aussi des bactéries « sidérophores » qui peuvent interférer dans le processus d’assimilation. 
Le fer est l’oligo-élément le plus abandonnant dans les sols. Environ 5% du poids de l’écorce terrestre, il vient juste après le l’oxygène, le silicium et l’aluminium. Les minéraux primaires composés de fer sont essentiellement des silicates ferromagnésiens. Ils sont décomposés grâce au lessivage et aux réactions chimiques (hydrolyse et oxydation). La solubilité du fer est plus forte en milieu acide, tandis qu’en milieu basique, à teneur élevée en calcium, la part de Fe2+ est réduite, jusqu’à atteindre une valeur nulle. 

Tableau de sensibilité

Echelle de sensibilité:
  • Hautement

  • Moyennement

  • Modérément

Fe
Spring Wheat
Winter Wheat
Grain Maize
Silage Maize
Potato
Fodder Grass
Sunflower
Fiber Flax
Winter Rapeseed
Cabbage
Carrot
Lettuce
Peas
Beans
Tomato
Sugar Beet
Apple
Pear
TENEUR DANS LE SOL :
Différents extractifs existent, notamment l’extraction au chélate EDTA et DTPA, qui sont tous deux sont des indicateurs fiables. 
A noter qu’en terre calcaire, la teneur souhaitée est plus élevée qu’en sol neutre à acide. 
TENEUR EN MATIÈRE ORGANIQUE :
La matière organique joue un rôle important dans la disponibilité du fer avec néanmoins des effets antagonistes. Dans un sens, l’apport régulier de matière organique permet d’alimenter le sol en Fer, à contrario, la respiration des micro-organismes provoque un accroissement du CO2, et donc une diminution du fer assimilable.
Climat:
Des conditions humides et de tassement permettent la réduction du fer de Fe3+ en Fe2+, ainsi la réduction du stress.  Cependant il est constaté, en viticulture lors d’années pluvieuses, que la carence en fer est accrue.  
pH:
La majorité des carences en fer sont des carences induites, résultant d’une mauvaise assimilation provoquée par d’autres facteurs ; le pH élevé du sol, l’excès d’ion calcium ou de bicarbonates dans la solution du sol, l’interaction avec d’autres éléments comme l’excès de cuivre, nickel, cobalt. Concernant le seul effet du pH du sol, plus le pH est élevé, plus le risque de carence est élevé. 

Le fer rejeté par les volcans est oxydé par l’oxygène présent dans l’eau, provoquant une précipitation.  Le fer utilisé pour la fabrication d’engrais est issu de mine de fer.  

Pour assurer un niveau d’assimilation suffisant, l’utilisation de chélates est incontournable, au sol comme en foliaire. Plusieurs types de chélates sont disponibles : EDTA / DTPA / EDDHA… Le sulfate de fer comporte un risque de brûlure et de blocage lors d’apports au sol.