JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sols légers à moyennement lourds, non saturés en eau
  • Température minimum
    Les rieslings peuvent survivre à des températures atteignant -20°C
  • pH
    optimale : 5,5-6,5
  • Pluie
    min. 300 à 400 l/m2
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    Selon la forme, la variété, l’apport en eau et la technologie
    Distance entre les rangs : 1,8-2,5m
    Distance dans le rang : 1,0-1,2m
  • Profondeur de semis
    -
Vignes
Toutes les fameuses régions viticoles du monde tirent leur identité d’une seule ou de quelques variétés de raisin très spécifiques. Par exemple, le Pinot de Bourgogne, le Nebbiolo de Barolo, le Riesling de Rheingau ou le Silvaner de Franconie. Viticulture ou viniculture font référence à la culture des vignes dans le but de récolter du raisin afin de produire du vin.  Le vin est produit dans une cave. La science de l’industrie vinicole est nommée œnologie.
Facteurs clés
  • Exigeant en main d’oeuvre
  • Différences de fertilisation entre les plants juvéniles et les plants qui produisent
  • pH optimal 5,5-6,0
  • Sensible au chlorure
Informations générales
Informations générales
Besoin nutrionnel
Besoin nutrionnel
Fertilisation
Fertilisation
LE RAISIN : UNE CULTURE EXIGEANTE EN MAIN D’OEUVRE
La viticulture est l’une des cultures les plus exigeantes en main d’oeuvre, surtout sur les pentes escarpées. Le travail commence en janvier, jusqu’en mars, avec la taille de la vigne. Le vieux bois de l’année précédente est éliminé. Le nombre et la longueur des tiges à fruits ont une influence décisive sur le rendement et aussi sur la qualité du vin. La taille de la vigne est toujours effectuée à la main aujourd’hui. De février à avril a lieu un travail de réparation sur l’armature en fil métallique. Dès mars/avril, les vignes recépées sont courbées et attachées sur les fils métalliques, en obtenant ainsi une répartition uniforme et une forme stable des rameaux. En août, les rameaux latéraux sont supprimés et les vignes hautes sont attachées à l’armature en fil métallique (cette étape est nommée « agrafage »). Il y a également des travaux comme la taille, la coupe et l’éclaircissage des feuilles. Dès avril, le sol est ameubli mécaniquement, en outre, les plantes de couverture sont semées. Ces deux actions servent à stimuler la vie naturelle du sol. Les nutriments manquants sont apportés sous forme d’engrais. Des alentours du début mai (bourgeonnement des vignes) à août, des mesures de protection contre les parasites et les maladies fongiques sont appliquées. Les fongicides sont souvent utilisés 4 à 7 fois. Le début de la récolte dépend en particulier de la variété de raisin, du lieu et du degré de maturité des raisins. L’essentiel de la récolte du raisin commence à la mi/fin septembre et peut durer jusqu’à la mi/fin novembre. La vendange est traditionnellement réalisée à la main par des vendangeurs, ou plus souvent avec des machines à vendanger. Le sol, très tassé par la vendange, est ameubli par labourage.
Fertilisation d’une culture permanente durant la croissance et la production

La fertilisation d’une culture permanente, telle que le raisin, est nettement différente de celle d’une culture classique dans les champs. D’une part, il faut plusieurs années avant de constituer le stock et produire une récolte. De cette manière, de la matière organique est formée, elle reste certes sur le terrain, mais n’est pas disponible pour la minéralisation en surface.

Surtout sur les pentes abruptes, des plantes de couverture sont semées afin de protéger contre l’érosion et une meilleure circulation sur les jalonnages. En outre, cela influence aussi positivement la teneur en humus et la vie du sol, ce qui est important pour l’apport en nutriments. La composition des espèces de plantes sur cette bande verte joue un rôle essentiel. Une application incorrecte peut provoquer une lutte sévère pour l’eau et les nutriments.

Les quantités d’engrais sont basées sur les quantités extraites.

Quantités d’extraction du raisin

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

1.4

0.6

Sensible

P2O5

0.4

0.2

Sensible

K2O

1.6

1.2

Sensible

MgO

0.5

0.2

Modérément sensible

TE

Bore (B), fer (Fe) et manganèse (Mn) comme fertilisation foliaire

Le tableau montre l’assimilation et l’extraction par hectolitre (hl) de raisin récolté Selon ce tableau, le raisin a principalement besoin d’azote et de potasse.
Exemple :
une récolte de raisin de 70 hl/ha extrait 98 kg N/ha. Si une certaine quantité de reliquat en azote est fourni par le sol (par exemple, 70 kg N/ha), 28 kg N/ha doivent être ajoutés au moyen d'engrais. 42 kg N/ha seront exportés de la parcelle par les rendements de la récolte.
Fertilisation azotée 
L’azote (N) occupe une position centrale dans le métabolisme de la vigne. L’azote en viticulture a une grande influence sur la croissance, la nouaison et le rendement. La plus grande partie est étroitement liée dans la matière organique. De l’azote lié, seulement environ 1 % est libéré annuellement par l‘action des microorganismes du sol. Cela peut résulter en un apport ultérieur d’environ 50 à 150 kg N/ha/an. L’intensité de la minéralisation de l’azote n’est pas idéalement adaptée aux besoins saisonniers de la vigne. Un ameublissement superficiel précoce du sol à la mi-mai peut favoriser la libération d’azote et entraîner sa disponibilité à temps pour les besoins accrus de la vigne. 

Fertilisation azotée des plants juvéniles
L'année de la plantation et les années suivantes, l’alimentation en eau est d’une importance cruciale pour la croissance de la vigne. En cas de bon état du sol, seule une petite quantité de fertilisation azotée, voire aucune, est nécessaire durant les premières années de développement. Les plantes de couverture doivent être alimentées en azote, surtout en cas d’état défavorable du sol, afin d’éviter la compétition avec les vignes. Les quantités varient selon l’état du sol, allant de 0 à 30 kg N/ha/an. Un complément en nutriments possible l’année de la plantation est une fertilisation foliaire des plants juvéniles, elle a un effet favorable, surtout en période de sécheresse. 

Fertilisation azotée des plants en production
L’azote est un nutriment important pour le développement des vignes. Cependant, l’emplacement et la météo ont également une influence significative sur les performances de photosynthèse et donc sur la qualité et le rendement. 
Dans les plants en production, le besoin en azote dépend de la matière organique dans le sol, des performances du rendement, de la variété, ainsi que du travail du sol et de l’alimentation en eau. La vitesse de croissance est un moyen de mesurer la demande en azote.

Phosphore et potassium
Inversement à la fertilisation azotée, celle en phosphore et potassium n’est pas liée au temps. Une fertilisation de base en automne avant le travail du sol est utile. Dans les plants juvéniles ayant une réserve suffisante en nutriments, aucune mesure de fertilisation n’est nécessaire, vu que les quantités assimilées sont faibles. S’il y a une carence importante en phosphore, une fertilisation de fond peut être effectuée selon l’exportation des plantes. 
Si, malgré une fertilisation en potassium, des symptômes de carence apparaissent, une fixation du potassium doit être supposée. Cela peut également être déterminé à l’aide d’un échantillon de sol. 
Vu que les vignes tolèrent seulement partiellement le chlorure, il faut utiliser des engrais sans chlorure ou au moins, les engrais contenant du chlorure doivent être utilisés uniquement en automne. Les plants juvéniles et les porte-greffes doivent être fertilisés sans chlorure.
Un chaulage est recommandé si le besoin a été prouvé par un examen du sol.
Un carence en bore se produit surtout les années sèches, sur des sols sablonneux et argileux. Les vignes ont besoin de bore, une fertilisation foliaire est préférable à une fertilisation du sol.

Fer (Fe) et manganèse (Mn)
Le fer est activement assimilé par la racine sous forme de Fe++, Fe+++ et chélate de fer. C’est important pour la formation de la chlorophylle et le processus de croissance. La mobilité du fer dans la plante est faible. Sa disponibilité dans le sol est souvent entravée par l’enrichissement en bicarbonate. Les symptômes de carence en fer sont le jaunissement des feuilles (chlorose) et un manque de développement des rameaux. La carence est plus prononcée sur les sols denses riches en argile ou sur les sites calcaires ; cependant une suralimentation en phosphate ou cuivre peut également accroitre les symptômes.
Le manganèse est activement assimilé par la racine sous forme de ion Mn2+ou de chélate de manganèse, il est important pour l’activation d’une gamme d’enzymes. La mobilité du manganèse dans la plante est modérée. Il y a également une interaction antagoniste entre le manganèse et le fer. L’excès de manganèse prédomine sur les sols acides et les sols gorgés d’eau en état d’anaérobie.

Une application au printemps

Une application au printemps

La fertilisation des plants juvéniles et celle des plants en production sera effectuée au printemps en une application d’engrais multinutriments à teneur accentuée en potassium, sans chlorure ou à faible teneur en chlorure. La quantité à fertiliser dépend de l’extraction d’azote, elle est d’environ 30 kg N/ha pour les plants juvéniles et 40 à 50 kg N/ha pour les plants en production.

Dans les endroits pauvres en phosphate, pour remédier à la carence, une fertilisation ciblée du sous-sol peut être effectuée. La quantité appropriée d’engrais doit être incorporée à cet effet.