JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sols sablonneux moyens, riches en humus, non saturés d’eau
  • Température minimum
    Germination à 25°C, croissance à partir de 12°C
  • pH
    Tolérance en sols légèrement acides à légèrement alcalins ; pH optimal : 5,5-7,5
  • Pluie
    12 l/kg de concombre récolté
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    1,3 à 1,7 plants par m², 2 à 3,5 pousses par m²
  • Profondeur de semis
    N’enfouissez pas le greffon, enlevez les racines adventives lors de la taille
Concombres
Les concombres se développent bien sur les sols à teneur en humus élevée, bien structurés et à capacité de rétention d’eau correspondante. Les sols sablonneux et légèrement acides sont idéaux pour les concombres, mais une possibilité d’arrosage adaptée est indispensable dans ce cas. Les concombres développent rapidement un système racinaire abondant pour absorber de grandes quantités d'eau. Deux semaines après le semis, il est déjà bien développé et très efficace. Les concombres aiment la chaleur, mais les températures trop élevées et les fortes fluctuations entre jour et nuit réduisent la floraison, la fructification et même la croissance des fruits. Dans les zones à forte humidité et gorgées d’eau avec formation de brouillard, il faut veiller particulièrement aux maladies des feuilles (oïdium).
Facteurs clés
  • Fertilisation en trois phases, observer le besoin jusqu’à la fin
  • Assurer un apport en azote et en phosphate suffisant au début
  • Renforcer particulièrement la fertilisation en potasse dès le début de la récolte.
  • Noter la sensibilité au chlorure
  • Besoin en calcium et magnésium important.
Informations générales
Informations générales
Besoins nutritionnels
Besoins nutritionnels
Fertilisation
Fertilisation
-
Les concombres font partie des légumes cultivés les plus anciens. Comme les tomates, ils ne tolèrent pas la pluie, car les feuilles tombent rapidement malades et le fruit peut pourrir. Néanmoins, ils ont régulièrement besoin de beaucoup d’eau, car ils ont seulement un système racinaire superficiel. Malgré un besoin de chaleur élevé, avant tout pour le concombre à conserves, la production de concombres en pleine croissance à l’extérieur dans des endroits favorables s’est révélée fructueuse. Cependant, elle est concentrée aux environs des entreprises de transformation d’aliments en conserve et est donc localement limitée par le climat. Les concombres à salade sont produits presque exclusivement en culture sous abri, sous des voiles ou sous serre. Tous les paramètres concernant la croissance peuvent ainsi être beaucoup mieux contrôlés. Par conséquent, les rendements à l’hectare sont plus du double que pour la culture en plein champ. En outre, il peut être produit presque toute l’année en utilisant le contrôle des températures. Les concombres sont sensibles au mildiou et aux virus comme toutes les autres plantes de la famille des cucurbitacées. Les variétés de concombres correspondantes, ayant des résistances et/ou des tolérances à chacune des maladies, présentent ici un avantage.
Fertilisez les concombres à l’azote et à la potasse pour obtenir des rendements maximaux
Les concombres ont besoin de nombreux nutriments et d’une fertilisation équilibrée. En tant que fruit épuisant les nutriments, les concombres ont besoin de beaucoup d’azote. Les quantités excessives d’azote peuvent également augmenter la sensibilité aux maladies. Les concombres ont une demande en eau élevée constante, absorbent d’énormes quantités de nutriments et forment une masse organique supérieure à la moyenne Pour cela, ils ont aussi besoin de grandes quantités de potassium équivalentes. En raison de la croissance continue des plantes et de la formation simultanée de fleurs et de fruits, un apport équilibré en nutriments est un grand défi pour la plante. La fertilisation des concombres doit se faire de telle manière que d’une part soit garantie la croissance constante de nouveaux rameaux et fruits ainsi que de nouvelles feuilles et fleurs, et que d’autre part l’engrais alimente les fruits déjà en pleine croissance pour une maturation idéale. Des quantités excessives d’azote durant cette phase peuvent provoquer des fruits mal formés et un goût amer. Un changement de la quantité de nutriments et aussi de composition des engrais complex doit donc être adapté au stade de développement des concombres.
Quantités demandées et exportés des concombres sous serre ou en culture sous abri.

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

2

2

Très sensible

P2O5

1.2

1.2

Très sensible

K2O

3

3

Très sensible

CaO

1.8

1.8

Très sensible

MgO

0.5

0.5

Sensible

SO3

0.3

0.3

Très sensible

TE

Chélate de fer comme engrais foliaire pour les récoltes très abondantes ; Respecter le besoin en molybdène et manganèse

Le tableau montre l’assimilation et l’extraction par tonne de concombres récoltés. Selon ce tableau, les concombres ont principalement besoin d’azote et de potassium. Le phosphore et le magnésium doivent également être présents en quantités adaptées. Exemple :une récolte de concombres de 200 t/ha extrait 400 kg N/ha. Si une certaine quantité d'azote est réapprovisionnée par le sol (par exemple, 40 kg N/ha), 360 kg N/ha doivent être ajoutés au moyen d'engrais. En culture sous abri, pour des raisons d’hygiène, la totalité des 400 kg N/ha de le récolte et du feuillage sera retirée à la fin de la récolte. Avec la culture des concombres à l’extérieur, les rendements attendus sont proportionnellement inférieurs avec 60 à 100 t/ha de récolte de fruits et 20 t de masse végétale. Dans ce cas, les quantités suivantes de nutriments par hectare doivent être supposées : 145 kg N, 55 kg P2O5, 220 kg K2O, 325 kg CaO, 55 kg MgO. Ces quantités de nutriments doivent également être attribuées selon les recommandations de distribution suivantes.
Elle dépend de la fertilisation correcte des concombres Dans des conditions adaptées, il est prévu que les stocks de concombres à haut rendement produisent 200 tonnes par hectare. Les plants de concombres sont des athlètes de haut niveau : parallèlement au mûrissement des fruits sur les parties anciennes, la plante continue sa croissance. La fertilisation doit donc favoriser une croissance constante et en même temps permettre aux fruits ayant une valeur élevée sur le marché et un bon goût de bien mûrir. L’apport en azote doit être suffisant tout au long de la croissance. Davantage de phosphore et de grandes quantités de potassium permettent une qualité élevée (goût, couleur, fermeté et durée de conservation). Garantir le niveau de potassium nécessaire est essentiel pour la formation et le grossissement des fruits. Il est important d’éviter un excès d’azote dans la stratégie de fertilisation, car cela augmente la sensibilité aux maladies des feuilles et au pourrissement des fruits. En outre, cela peut affecter la qualité des fruits et leur goût peut devenir amer. Les concombres sont très sensibles au chlorure. L’apport de chlorure de potassium est donc uniquement possible en automne avant la plantation des concombres. Durant la saison de croissance, il faut utiliser du sulfate de potassium et parfois aussi de la potasse magnésienne. La valeur pH optimale du sol se situe entre 5,5 et 7. Les concombres sont sensibles au sel, la carence en fer peut également se produire s’il y a d’énormes quantités de fruits, la meilleure compensation est alors la fertilisation des feuilles au chélate de fer. Une division des applications est absolument nécessaire. Dans la culture à l’extérieur, une partie de l’engrais est pulvérisé avant la pose de la couche de paillage, le reste est apporté en plusieurs doses lors des soins réguliers et de la récolte en fonction de la demande, partiellement et uniquement sur le rang. En culture sous abri, les cultures sur sol ou substrat privilégiant le rendement, avec possibilité d’irrigation et possibilité associée de fertilisation liquide des concombres sont des systèmes de pointe. D’une part, il est possible d’utiliser différents engrais à différents stades de la croissance, d’autre part, les quantités de nutriment peuvent être adaptées selon la demande, l’avancement de la végétation et les quantités récoltées. En raison d'application liquide en culture sous abri, le besoin en nutriments est converti de kg/ha et temps de culture en kg/m² et semaine. En supposant une quantité d’irrigation fixe par jour, les concentrations en nutriments correspondantes de l’eau d’irrigation sont calculées et introduites par des systèmes de dosage. Pour les concombres, les quantités appropriées de calcium doivent avoir déjà été appliquées en automne avant la plantation. Il faut utiliser des calcaires à teneur en magnésium accentuée. Une quantité de 2000 kg CaO/ha est considérée comme une bonne ligne directrice. Paramètres de rendement des concombres : Nombre de plants/m² Nombre de fruits/plant Poids des fruits La détermination du rendement dans la culture des concombres est définie par les pousses au m² et une production continue de fleurs et de fruits. Particulièrement important au début, l’apport d’azote et de magnésium et une quantité continue de phosphate. Seul un apport adéquat en potassium permet d’obtenir des concombres bien formés à la couleur saine et vive et au goût typique. Des quantités adaptées d’azote, un bon apport de phosphate et d’eau améliorent également le goût.

Première application

Deuxième application

Troisième application

Première application

De la plantation à la première floraison : commencer par des quantités d’engrais modérées Dès la plantation des concombres ou au début de leur croissance, les concombres ont besoin de quantités d’engrais relativement réduites. Une fertilisation maigre et une irrigation restreinte augmentent la formation de la masse racinaire. Donc, seulement environ 1/10 des quantités d’azote, mais déjà 40 % des quantités totales de phosphore sont apportées jusqu’à la première floraison. Pour la potasse, seulement 1/15 de la quantité totale nécessaire est donné durant cette phase. La demande augmente uniquement ensuite. Un engrais complexe renforcé en PK et à faible teneur en azote est adapté à cette phase de fertilisation.

Deuxième application

De la première floraison au début de la récolte : nutrition équilibrée pour la floraison et la formation des fruits Dès le début de la floraison, la formation des fleurs et des fruits des melons et en même temps la croissance continue et la floraison doivent être favorisés. Par conséquent, des ratios de nutriments particulièrement équilibrés sont nécessaires. Pendant cette phase, la fertilisation est renforcée en potassium. L'apport de magnésium et de calcium doit également être pris en compte durant cette phase de développement.

Troisième application

Du début de la récolte à la fin de culture : l’application d'engrais NPK à teneur accentuée en K est importante. Dans le cas des concombres, la phase de récolte peut être décrite comme la principale phase de fertilisation. Des quantités élevées d’azote, de phosphate et de potasse sont nécessaires. L’apport est garanti par un dosage continu des nutriments via l’irrigation, avec des produits L.A.T SUPREMO adaptés. Des fruits mal formés au mauvais goût sont le résultat d’une carence en nutriments. En outre, un sous-apport est également mis en évidence par une moindre formation de nouvelles fleurs et donc des quantités totales récoltées faibles. La fertilisation des concombres peut être interrompue environ deux semaines avant la fin de la récolte. Les derniers fruits mûrissent avec les nutriments encore présents dans les plantes.