JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sols moyennement lourds, riches en humus, non saturés en eau
  • Température minimum
    Germination à partir de 12°C, optimal 18°C
  • pH
    Tolérance des sols légèrement acides à légèrement alcalins ; pH optimal : 6,0-7,0
  • Pluie
    Tolère seulement les faibles pluies, mais requiert néanmoins un arrosage suffisant
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    2 à 3 plants par m², 2 à 4,5 pousses par m²
  • Profondeur de semis
    Superficielle
Tomates
Les tomates aiment les sols riches en humus, riches en nutriments et retenant bien l’eau. En outre, elles préfèrent les lieux suffisamment chauds et ensoleillés. Les tomates, y compris les tomates de plein champ, nécessitent beaucoup d’eau, mais le moins de pluies possible, afin de ne pas favoriser les maladies des feuilles. De telles conditions ne peuvent pas toujours être garanties localement pour la culture en plein champ. Donc, les tomates sont principalement cultivées sous voile et sous serre dans des conditions dites de culture protégée. Le système racinaire, composé principalement de radicelles, est suffisant, mais en raison du manque de racine pivotante, les tomates ne peuvent pas être cultivées sur des sols compacts ou inondés.
Facteurs clés
  • Fertilisation en trois phases, observer le besoin jusqu’à la fin
  • Assurer un apport en azote et en phosphore suffisant au début
  • Renforcer particulièrement la fertilisation en potassium dès le début de la récolte.
  • Besoin en calcium et magnésium important.
Informations générales
Informations générales
Besoin nutrionnel
Besoin nutrionnel
Fertilisation
Fertilisation
TOMATES : LA PLUS IMPORTANTE CULTURE MARAÎCHÈRE
Économiquement, les tomates sont les légumes les plus importants dans le monde. Comme les tomates tolèrent seulement peu de pluie, mais nécessitent beaucoup d’eau, de chaleur et de nutriments, la culture sous voile ou sous serre s’est révélée utile. Certaines variétés de tomate ne grandissent plus après la première saison de floraison, alors que d'autres forment constamment une masse supplémentaire de tiges et de feuilles (jusqu’à 15 m). De nos jours, ce ne sont plus autant les fruits individuels en vrac qui sont demandés pour la consommation de frais, mais plutôt les variétés de tomates cocktail et en grappes. Il y a une multitude de variétés de tomates disponibles, pour différentes durées de croissance et méthodes de culture, mais aussi pour diverses utilisations. Les tomates, comme toutes les solanacées, sont sensibles aux maladies de feuilles telles que le mildiou (Phytophthora infestans), les taches veloutées, l’oïdium et les virus. L'apport continu d’eau et de nutriments au plant de tomate le plus longtemps possible pendant la floraison et la saison de la récolte, est économiquement crucial. Un temps sec et des niveaux réduits d’infections fongiques durant la récolte sont des facteurs optimaux pour une bonne durée de conservation.
Fertilisation des tomates : un apport maximal de nutriments
Les tomates sont parmi les plantes les plus appauvrissantes en nutriments, elles ont besoin d’une quantité d’azote relativement élevée. Les quantités excessives d’azote peuvent également augmenter la sensibilité aux maladies. En raison du niveau élevé de leur consommation d’eau et de la production importante de masse, elles ont aussi besoin de grandes quantités de potasse. Les symptômes de carence comme d’excès sont facilement reconnaissables sur les feuilles. Des feuilles vert pâle indiquent une carence en azote alors que des feuilles vert foncé indiquent un excès d’azote. Des feuilles étroites, rougeâtres ou brunâtres-violettes indiquent une carence en phosphore ; un flétrissement et une nécrose des bords des feuilles proviennent d’une carence en potassium. Le plus gros défi consiste à gérer une alimentation équilibrée de la plante. La fertilisation des tomates doit se faire de telle manière que d’une part, soit garantie la croissance constante de nouvelles tiges feuilles, fleurs et de nouveaux fruits, et que d’autre part, l’engrais alimente les fruits déjà en pleine croissance pour une maturation idéale. Un changement de la quantité de nutriments et aussi de composition des engrais COMPLEX doit donc être adapté au stade de développement des tomates.
Quantités demandées et exportées des tomates sous serre ou en culture sous abri.

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

2.7

2.7

Très sensible

P2O5

0.9

0.9

Très sensible

K2O

6.2

6.2

Très sensible

CaO

2.5

2.5

Très sensible

MgO

0.8

0.8

Sensible

SO3

0.5

0.5

Sensible

TE

Zinc, fer, bore et manganèse

Le tableau montre l’assimilation et l’extraction par tonne de tomate récoltées. Selon ce tableau, les tomates ont principalement besoin d’azote et de potassium. Le phosphore, le magnésium et le calcium doivent également être présents en quantités adaptées. Exemple :une récolte de tomates de 150 t/ha extrait 440 kg N/ha. Si une certaine quantité de réapprovisionnement en azote est absorbée depuis le sol (par exemple, 40 kg N/ha), 400 kg N/ha doivent être ajoutés au moyen d'engrais. Par rapport aux quantités récoltées et à l'exportation des parties vertes à la fin de la récolte, pour des raisons sanitaire, un total de 400 kg N/ha est extrait du terrain. Cependant, si les tomates sont cultivées en champ, les rendements attendus sont réduits proportionnellement à 60 t/ha et 20 t de matière végétale. Dans ce cas, les quantités suivantes requises par hectare peuvent être supposées : 136 kg N, 55 kg P2O5, 232 kg K2O, 339 kg CaO, 36 kg MgO. Ces quantités de nutriments doivent également être attribuées selon les recommandations d’application suivantes.
La bonne fertilisation des tomates dépend de plusieurs facteurs. Dans des bonnes conditions, des variétés de tomates à haut rendement peuvent produire jusuq'à 100 à- 150 tonnes par hectare. Les plants de tomates ne cessent jamais : parallèlement au mûrissement des fruits sur les parties anciennes, la plante continue sa croissance. La fertilisation doit donc favoriser une croissance constante et en même temps permettre aux fruits ayant une valeur élevée sur le marché de bien mûrir. L’apport en azote doit être suffisant tant que la croissance se poursuit. Des niveaux accrus de phosphore et de potassium permettent une qualité élevée (goût, couleur, fermeté et durée de conservation). Garantir le niveau de potassium nécessaire est important pour la formation et le grossissement des fruits. Il est important dans la stratégie de fertilisation d’éviter l’excès d’azote, car cela peut affecter la qualité des fruits et retarder la maturation. À ce stade, l’ammonium (NH4+) est la forme d’azote préférée. La carence en calcium provoque le mildiou, souvent à la suite de climats d’été défavorables. La valeur pH optimale du sol se situe entre 6,5 et 7. Les tomates ne sont pas seulement sensibles au sel, mais aussi aux carences en zinc, fer, bore et manganèse. L’engrais soufré améliore en particulier la fermeté et la couleur du fruit. Le fractionnement des doses est nécessaire. Les méthodes de production actuelles supposent des cultures sur sol ou substrat privilégiant le rendement, avec une irrigation et possibilité associée de fertilisation liquide des tomates. D’une part, il est possible d’utiliser différents engrais à différents stades de la croissance, d’autre part, les quantités de nutriments peuvent être adaptées selon la demande, l’avancement de la végétation et les quantités récoltées. En raison d'application liquide en culture sous abri, le besoin en nutriments est converti de kg/ha et stade de culture en kg/m² et semaine. En supposant une quantité d’irrigation fixe par jour, les concentrations en nutriments correspondantes de l’eau d’irrigation sont calculées ou introduites par des systèmes de dosage. Il est important que la quantité de calcium nécessaire aux tomates soit appliquée à l’automne avant la plantation. Paramètres de rendement des tomates Nombre de plants/m² Nombre de fruits/plant Poids des fruits Pour cela, surtout au début, l’apport d’azote et de manganèse est important. Pour obtenir des tomates bien développées à la couleur saine et vive et au goût typique, il est important d’avoir suffisamment de potassium, aucun apport excessif de calcium et une alimentation suffisante en soufre et en eau. Afin que les tomates développent un système racinaire assez fourni, l’apport est maintenu au minimum au cours des toutes premières semaines, surtout concernant l'arrosage. De cette manière, par la suite, les nutriments sont absorbés plus efficacement.

Première application

Deuxième application

Troisième application

Première application

De la plantation à la première floraison : un minimum de nutriments pour commencer Les tomates ont besoin de relativement peu d’engrais au début de leur croissance. Par conséquent, seulement 1/7 de la quantité d’azote et de phosphore est attribué au premier lot de fruits. Pour la potasse, seulement 1/13 de la quantité totale nécessaire est donné à ce stade. La demande augmente par la suite. La meilleure solution pour cette administration est un engrais NPK sans chlorure avec renforcement en azote et potasse (COMPLEX 15/5/18 + 2,5 MgO+25 SO3+B+Zn).

Deuxième application

De la première phase de floraison jusqu’au début de la récolte : demande accrue d’une fertilisation équilibrée Durant cette phase, il faut favoriser la formation des fruits de la tomate et en même temps la croissance et la floraison continues. Par conséquent, des ratios de nutriments particulièrement équilibrés sont nécessaires. Une trop grande quantité de nitrate à ce stade est particulièrement fragile, il faut donc préférer les engrais à l’ammonium. L’apport en magnésium doit également être pris en compte à ce stade. La même formule NPK est utilisée pour cette phase de fertilisation, mais le taux d'application est environ 2 fois supérieur que durant la première application d'engrais.

Troisième application

Début de la récolte à la fin de la culture : quantité totale de l'apport en potassium C’est la principale phase de fertilisation des tomates. Les carences s’expriment non seulement par des fruits mal formés manquant de goûts, mais aussi par une formation moindre de boutons floraux et par conséquent un faible rendement total de la récolte. Des quantités de potasse atteignant 500 kg/ha sont désormais nécessaires. L’apport est garanti par un dosage continu des nutriments via l’irrigation, avec des produits L.A.T SUPREMO adaptés. La fertilisation ne peut être arrêtée qu’environ 2 semaines avant la fin de la récolte. Alors, les nutriments toujours présents dans les plants sont suffisants jusqu’au mûrissement des derniers fruits.