JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sol argileux profond, riche en humus ou sol argilo-sablonneux, non saturé en eau
  • Température minimum
    Dommages dus aux basses températures hivernales et aux gelées tardives ; la chaleur affecte négativement la taille des fruits
  • pH
    Les sols faiblement acides avec valeur de pH de 5 à 6,5 sont idéaux
  • Pluie
    min. 500 l/m2 arrosages fréquents
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    Selon la variété, la durée de culture et les lignes sur le lit Une seule ligne : 35 000 à 45 000 plants/ha Deux lignes 50 000 à 70 000 plants/ha
  • Profondeur de semis
    Collet des racines légèrement au-dessus (plants frais) ou en dessous du sol (plants frigo)
Fraises
Les variétés de fraises sont subdivisées en variétés « d’été » dites à une seule floraison et variétés à floraison répétée (« remontantes »). Pour les variétés à floraison répétée, si la lumière et la température le permettent, les plants peuvent fleurir toute l’année. Donc, ils permettent de cultiver des fraises presque toute l’année.
Facteurs clés
  • Besoin en azote supérieur durant la première année de croissance des plants
  • Meilleure absorption des nutriments dans un environnement légèrement acide
  • Utiliser un engrais sans chlorure ou à faible teneur en chlorure
  • Apport de potassium important
Informations générales
Informations générales
Besoins nutritionnels
Besoins nutritionnels
Fertilisation
Fertilisation
LES FRAISES : UNE DOUCEUR PROVENANT DU CHAMP
Les sols humiques et profonds sont bons pour cultiver les fraises. Les lieux sujets à la saturation en eau et présentant un risque de gelées tardives sont à éviter. Les fraises ne doivent pas être cultivées après les pommes de terre, les tomates, la luzerne, le colza oléiforme et les prairies (taupin). Il y a deux types de matériau de plantation pour les fraises : - Plants frais (racine nue ou racine en motte) : Plantation : mi-juillet à mi-août. Ils sont très exigeants par rapport à l’alimentation en eau et doivent être irrigués. Légèrement plus bas, mais meilleure qualité et récolte précoce. - Les plants frigo sont arrachés de novembre à janvier, puis stockés à -1,5°C. Ils comprennent uniquement le cœur, le rhizome et les racines (pas de feuillage). Période de plantation : fin mars à début juin. Dans les champs, les fraises sont habituellement plantées sous forme de culture sur deux ans, car l’impact de la maladie augmente ensuite.
La fertilisation des fraises diffère durant les deux années de culture.
Pour déterminer le besoin en engrais, il est conseillé, comme dans toutes les cultures, d’effectuer une analyse de sol à une profondeur de 0 à 30 cm pour les fraises. Sur les zones de fraisiers, il y a trois valeurs de reliquat azoté à la plantation, au printemps et durant les périodes post-récolte, s’il y a une autre culture l’année suivante. La valeur cible est de 60 kg N/ha pour les 3 périodes. Comme les fraises sont très sensibles au sel, les engrais contenant du chlorure doivent être évités et il faut effectuer plusieurs applications d’engrais plus réduites. En raison de l’environnement légèrement acide, l’assimilation d’oligoéléments tels que le fer (Fe) et le manganèse (Mn) est idéalement possible. La demande en potassium des fraises est remarquablement élevée. Outre la production du rendement, le potassium est également responsable du goût en raison de son influence sur l’équilibre entre sucre et acidité du plant. En termes de quantité, sa fertilisation dépend des réserves du sol et les quantités extraites.
Quantités d’exportation des fraises

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

6

3

Très sensible

P2O5

2.2

0.5

Très sensible

K2O

8.5

2.8

Sensible

MgO

1.2

0.6

Sensible

TE

Bore (B), fer (Fe) et manganèse (Mn) par fertilisation foliaire

Le tableau montre l’assimilation et l’exportation par tonne de fraises récoltées. Selon ce tableau, les fraises ont principalement besoin d’azote, de potasse et de magnésium. Exemple :une récolte de fraises de 20 t/ha exporte 120 kg N/ha. Si une certaine quantité de reliquat azoté est fourni par le sol (par exemple, 30kg N/ha), 90kg N/ha doivent être ajoutés au moyen d'engrais. 60 kg N/ha seront exporté de la parcelle à la récolte.
L’azote détermine la croissance végétative Les fraises ont un besoin accru en azote pendant leur croissance et la formation des fruits. Elles préfèrent le nitrate d’ammonium, qui est absorbé surtout pendant la période de croissance végétative. En cas de températures élevées ou de pH faible, la plante préfère le nitrate. Un apport suffisant est nécessaire pour la détermination du rendement, mais un apport azoté excessif pose des problèmes tels que surgeons excessifs, susceptibilité accrue aux maladies ou sensibilité accrue au froid. L’azote doit toujours être apporté sous forme d’application sur la couche arable, alors que le phosphore, la potasse et le magnésium peuvent être utilisés pour la fertilisation de fond. La fertilisation sur les rangs est optimale pour l’application d’azote, surtout en cas d’espacement important sur le rang. Le phosphate est important pour une bonne croissance des racines Afin de stimuler au mieux la croissance des racines, l’incorporation de phosphate avant la plantation est bénéfique, soit en association avec de la potasse, soit sous forme d’engrais NPK. En outre, le comportement de floraison est influencé positivement par un apport suffisant de phosphore. Potassium contre le stress Le potassium est important pour le mûrissement et la couleur des fruits, un apport suffisant permet de réduire les symptômes de stress provoqués par la sécheresse et le froid. Le calcium améliore la qualité des fruits Des applications régulières de calcium (Ca) sont recommandées, surtout sur les sols sablonneux. Le calcium est responsable de la formation des parois cellulaires et donc d’une meilleure vigueur des fruits. De même, le calcium est nécessaire pour une résistance optimale à la toxicité du sodium et une susceptibilité moindre à la pourriture grise. Une carence en calcium réduit la durée de vie des plants de fraisiers. Qui plus est, un apport suffisant en chaux favorise la structure du sol ; les fraises sont très sensibles au tassement et à la saturation en eau. Magnésium et oligoéléments pour une meilleure durabilité Un apport adéquat de magnésium (Mg) est important pour la photosynthèse, car c’est un composant de la chlorophylle, il en est de même pour le cuivre (Cu). Magnésium et cuivre favorisent également la durée de conservation des fruits.

Première application

Deuxième application

Fertirrigation : la fertilisation par irrigation est une alternative

Première application

Nutriments de base avant la plantation Afin de stimuler la croissance des racines et de couvrir le besoin de base en nutriments, il est conseillé d’administrer une partie de l’azote, ainsi que les quantités de phosphate, potassium et magnésium sous forme d’engrais NPK à teneur en potasse accentuée sans chlorure, avant même la plantation.

Deuxième application

Complément d’azote durant la croissance Pour couvrir la quantité totale d’azote nécessaire, quelques semaines après la plantation, la quantité nécessaire d’azote est apportée sous forme d’application sur la terre arable. Surtout dans le cas des variétés remontantes, l’azote fertilisé de la plante doit être immédiatement disponible. Dans ce cas, les engrais azotés à base de nitrate (NAC 27 N) sont un mode privilégié. Les oligoéléments sont appliqués sous forme liquide, habituellement associés à des mesures de protection des cultures.

Fertirrigation : la fertilisation par irrigation est une alternative

Comme les fraises sont facilement déshydratées et que cela entraîne des pertes importantes de rendement et de qualité, elles sont très souvent irriguées. En cas d’alimentation en eau continue, un apport continu de nutriments adapté à l’état de développement des plants est également possible par irrigation. Comme les fraisiers se sentent mieux dans une solution de sol ayant une salinité de 0,4-0,6 mS/cm, la teneur en sel de la solution d'engrais ne doit pas être supérieure à 1,25 mS/cm. En cas de couverture avec de la paille ou une couche de paillage, le besoin en eau peut être réduit, avec ou sans irrigation. Le fer (Fe) et le manganèse (Mn) sont tous deux impliqués dans la photosynthèse et le métabolisme des protéines. Le bore (B) est important pour la fertilité du pollen. Ces oligoéléments peuvent être ajoutés durant la fertirrigation.