JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sol argileux humique riche en nutriments, non saturé en eau
  • Température minimum
    Pertes de rendement en cas de gelées tardives, principalement durant la floraison
  • pH
    pH optimal : 5,5-6,5
  • Pluie
    min. 400 à 500 l/m2, pour la protection du rendement et augmentation en cas d’arrosages fréquents
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    Selon la forme, le type et l’alimentation en eau, 1000 à 1250 arbres/ha Pour basse tige : Distance entre les rangs : 4,0-4,5m Distance entre les rangs : 2,0-2,5m
  • Profondeur de semis
    -
Cerise et cerise acide
La culture commerciale des cerises a fortement évolué depuis les années 1970, comme pour tous les types de fruits. Contrairement aux arbres dominants jusqu’alors, grande canopée, hautes tiges et donc exigeants en main d’oeuvre, la culture commerciale actuelle se fait uniquement sous forme d’arbres à basses tiges. Aujourd’hui, il y a donc 10 à 20 fois plus d’arbres sur la même surface. La hauteur des plants est limitée de manière à ce que tout le travail puisse se faire à la main sans échelle. Pour les produits destinés au traitement, la récolte se fait souvent à la machine.
Facteurs clés
  • Passage de tige longue à de tige basse depuis les années 1970.
  • Valeur pH de 5,5 à 6,5
  • Utiliser un engrais sans chlorure
  • Fertilisation CaO importante.
Informations générales
Informations générales
Besoin nutrionnel
Besoin nutrionnel
Fertilisation
Fertilisation
CERISES : ROUGES ET DOUCES OU AIGRES
Les cerises douces ont les mêmes exigences d’emplacement que les pommiers. Elles poussent bien sur les sols riches en nutriments, bien drainés, humides (mais pas saturés en eau). Les conditions de gelées tardives doivent être évitées en raison de la floraison précoce. Dans les zones à forte précipitation, un voilage de protection est utile pour éviter l’altération des fruits. En culture commerciale, ils sont principalement élevés sous forme de tige sur un porte-greffe à faible croissance. La plupart des variétés sont auto-inféconde et ont besoin de pollinisateurs. Les cerises sont des petits fruits, elles ont une teneur élevée en sucre et en pigment. Elles sont habituellement récoltées à la machine. Les cerises aigres ont des exigences d'emplacement moins strictes que les cerises sucrées. Cependant, les sols froids et imperméables peuvent provoquer une chute prématurée des fruits. La hauteur est moins importante, donc les zones ayant de nombreuses précipitations en été sont également adaptées. Les cerises aigres sont habituellement autogames. Comme les cerisiers aigres sont principalement élevés pour le transformation, la récolte se fait habituellement à la machine. Pour cela, seules les variétés qui acceptent bien d’être secouées sont adaptées.
Cerises : l’apport en calcium est très important
Un apport adéquat en calcium (Ca) aux arbres est extrêmement important pour la production de cerises non pelées et de haute qualité. Bien que les quantités mobilisées sont quantitativement faibles, les carences en calcium, même mineures, provoquent des parois cellulaires instables et des désordres physiologiques pénalisants. Il est donc essentiel de garantir une alimentation en calcium suffisante. (cerises) La fertilisation de base au P, K, Mg, Ca et B est plus efficace en période de dormance (novembre – avril), sur sol non enneigé, non gelé ou très imprégné. La matière organique aussi doit être appliquée de préférence au début de la saison (mars – avril). La fertilisation dépend des quantités de nutriments extraites.
Quantités d’extraction des cerises

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

7

1.9

Très sensible

P2O5

3.5

0.5

Sensible

K2O

6.5

3

Très sensible

CaO

4.9

0.2

Très sensible

MgO

1.5

0.1

Très sensible

TE

Bore (B) si nécessaire

Le tableau montre l’assimilation et l’exportation par tonne de cerises récoltées Selon ce tableau, les cerisiers ont principalement besoin d’azote, de potasse et de calcium. Exemple :une récolte de cerises de 20 t/ha extrait 140 kg N/ha. Si une certaine quantité de l’azote suivant est exportée du sol (p. ex., 30 kg N/ha), il faut toujours apporter 110 kg N/ha à l’aide d’engrais. 38kg N/ha seront extraits du terrain par les rendements de la récolte.
Les besoins nutritionnels des pommiers peuvent être couverts par 4 variantes de fertilisation : Fertilisation au sol Des engrais en granulés sont appliqués avec un épandeur d’engrais. Le gros avantage de cette technique d’application est une forte performance à l’hectare et la disponiblité universelle la technologie. Fertilisation des lignées d’arbres Mieux adaptée à la fertilisation azotée sous forme liquide. L’engrais liquide est dissous dans le réservoir et peut être appliqué avec l’herbicide choisi. Cette application permet de mieux cibler les nutriments pour les plantes. Fertirrigation La fertirrigation est l’ajout d’engrais dans l’eau d’irrigation à l'aide d'un équipement adapté. La fertirrigation a un avantage : les nutriments sont appliqués en permanence et de manière ciblée, ils atteignent la zone des racines au plus près. L’accroissement de l’installation d’irrigation goutte à goutte dans les vergers a également augmenté l’importance de la fertirrigation. Fertilisation foliaire En cas de forte présence de fleurs ou de jeunes fruits, le besoin nutritionnel peut être supérieur à l’apport possible via les racines. Un sous-ensemble des nutriments peut également être absorbé par les feuilles. Les applications foliaires sont adaptées pour compenser les carences aiguës le plus rapidement possible. Les racines ne peuvent pas absorber tous les nutriments nécessaires selon le rapport voulu (avec des conditions de sol ou météorologiques particulières) À ce moment, une ou plusieurs applications d'engrais foliaires sont utiles. Les nutriments qui ratent la feuille peuvent également être absorbés par le sol.

Fertilisation azotée

Fertilisation en calcium

Magnésium

Fertilisation azotée

La fertilisation azotée se fait en 2 à 3 doses après le démarrage de la végétation, peu avant la floraison, jusqu’à la mi ou fin juin. Les arbres absorbent l’azote principalement sous forme de nitrate. L’azote sous forme de nitrate (anion) peut favoriser l’absorption de cations comme le calcium (Ca++), le magnésium (Mg++) et le potassium (K+). Les doses d’azote peuvent être appliquées spécifiquement sur les rangs d'arbres et seulement occasionnellement dans les passages. Les bandes vertes entre les arbres réduisent le risque de lessivage des nutriments. En utilisant la bande des arbres, il faut noter que l’engrais azoté ne doit pas être concentré à plus du double ; avec P, K et Mg, le volume total peut être concentré sur la bande. La fertilisation azotée peut très bien être réalisée sous forme liquide (avec herbicide ou par irrigation) Dans les nouvelles plantations, la fertilisation est effectuée selon la structure des arbres. Des applications entre la moitié et le volume total sur des plantes en production sont effectuées durant la phase de développement, jusqu’à la 4e année après la plantation.

Fertilisation en calcium

Dans le cas des fruits à noyau, les fruits suffisamment alimentés en calcium restent stables en magasin, et en particulier en durée de conservation (après stockage), vu que le calcium est important pour la vigueur des parois cellulaires. Pour les cerises, les applications de calcium peuvent réduire l’éclatement du fruit. Pour des raisons de meilleure tolérance, les dosages supérieurs ne doivent pas nécessairement être utilisés avec les fruits à noyau, mais deux à trois applications sur les fruits juvéniles sont fortement recommandées en plus de l’engrais de base.

Magnésium

Selon la croissance et le rendement, l’exportation annuelle des cerisiers s’élève à environ 30 kg MgO/ha. Les feuilles représentent la majeure partie de l’exportation, mais restent largement dans le cycle des nutriments. Une forme privilégiée de magnésium pour la fertilisation au sol consiste à utiliser du calcaire contenant du Mg au cours d’un chaulage de conservation. Les cerises, surtout les cerises douces, sont classées comme étant très sensibles au chlorure et la fertilisation est mieux réussie avec des engrais NPK à teneur en potasse accentuée à base de sulfate de potassium.