JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sol argileux humique riche en nutriments, non saturé en eau
  • Température minimum
    Pertes de rendement en cas de gelées tardives, principalement durant la floraison
  • pH
    pH optimal : 5,5-6,5
  • Pluie
    min. 400 à 500 l/m2, pour la protection du rendement et augmentation en cas d’arrosages fréquents
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    Selon la forme, le type et l’alimentation en eau. Pour la catégorie "basse tige" : Distance entre les rangs : 3,5-4,5 mDistance dans le rang : 1,8-3,0 m
  • Profondeur de semis
    -
Poires
La culture des poires commerciales a considérablement changé depuis les années 1970. Contrairement aux arbres dominants jusqu’alors, grande canopée, hautes tiges et donc exigeants en main d’oeuvre, la culture commerciale actuelle se fait uniquement sous forme d’arbres à basses tiges. Aujourd’hui, il y a donc 10 à 20 fois plus d’arbres sur la même surface. La hauteur des plants est limitée de manière à ce que tout le travail puisse se faire à la main sans échelle. Aujourd’hui, il y a uniquement 10 à 20 variétés économiquement importantes ; la production est moins intense par rapport à la pomme.
Facteurs clés
  • Changement de taille de tige, basse tige depuis les années 1970.
  • Valeur pH de 5,5 à 6,5
  • Fertilisation du sol, fertilisation foliaire, fertirrigation possible
  • Fertilisation CaO importante.
Informations générales
Informations générales
Besoins nutritionnels
Besoins nutritionnels
Fertilisation
Fertilisation
LES POIRES SERVENT DE DESSERT OU POUR LA DISTILLATION
Les poires font habituellement l’objet d’une culture concentrée dans des régions aux sols bien drainés, riches en humus, la préférence est donnée aux lieux où il y a rarement des gelées tardives. Les lieux ensoleillés sont idéals, mais la chaleur et surtout la sécheresse ont un effet négatif sur la formation et la qualité des fruits. Presque toutes les plantations en culture commerciales sont créées en basse tige. La forme de la plante (haute, demi ou basse tige) est déterminée par le porte-greffe. Selon le porte-greffe, il y a différentes variétés. Les greffons sont affinés sur le porte-greffe. Outre la simplification du travail, une autre raison de la disparition des hautes tiges de la culture des plantes est que les arbres à porte-greffe fort et vigoureux (hautes tiges) produisent plus tardivement.
Les poires nécessitent beaucoup de calcium.
L’alimentation adéquate des arbres en calcium (Ca) est extrêmement importante pour la production de poires de conservation. Bien que seulement environ 3 kg de calcium soient stockés par hectare et récolte dans la pulpe, particulièrement dans les parois cellulaires des fruits, même les carences mineures en calcium provoquent des parois cellulaires instables et des désordres physiologiques. La fertilisation de base au P, K, Mg, Ca et B est plus efficace en période de dormance (novembre – avril), sur sol non enneigé, non gelé ou très imprégné. La matière organique aussi doit être appliquée de préférence au début de la saison (mars – avril). La quantité apportée dépend des quantités extraites.
Quantités d’exportations des poires

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

1.8

0.8

Très sensible

P2O5

0.8

0.3

Sensible

K2O

2.9

1.8

Très sensible

CaO

4.9

0.1

Très sensible

MgO

0.8

0.2

Sensible

TE

Bore (B) si nécessaire

Le tableau montre l’assimilation et l’exportation par tonne de poires récoltées. Selon ce tableau, les poiriers ont principalement besoin d’azote, de potasse et de calcium. Exemple : une récolte de poires de 50 t/ha extrait 90 kg N/ha. Si une certaine quantité de reliquat azoté est fourni par le sol (par exemple, 30 kg N/ha), 60 kg N/ha supplémentaires doivent être ajoutés au moyen d'engrais. 40 kg N/ha seront exportés de la parcelle par la récolte.
Les besoins nutritionnels des pommiers peuvent être couverts par 4 variantes de fertilisation : Fertilisation au sol Des engrais en granulés sont appliqués avec un épandeur d’engrais. Le gros avantage de cette technique d’application est une forte performance à l’hectare et la disponiblité universelle la technologie. Fertilisation des lignées d’arbres Mieux adaptée à la fertilisation azotée sous forme liquide. L’engrais liquide est dissous dans le réservoir et peut être appliqué avec l’herbicide choisi. Cette application permet de mieux cibler les nutriments pour les plantes. Fertirrigation La fertirrigation est l’ajout d’engrais dans l’eau d’irrigation à l'aide d'un équipement adapté. La fertirrigation a un avantage : les nutriments sont appliqués en permanence et de manière ciblée, ils atteignent la zone des racines au plus près. L’accroissement de l’installation d’irrigation goutte à goutte dans les vergers a également augmenté l’importance de la fertirrigation. Fertilisation foliaire En cas de forte présence de fleurs ou de jeunes fruits, le besoin nutritionnel peut être supérieur à l’apport possible via les racines. Un sous-ensemble des nutriments peut également être absorbé par les feuilles. Les applications foliaires sont adaptées pour compenser les carences aiguës le plus rapidement possible. Les racines ne peuvent pas absorber tous les nutriments nécessaires selon le rapport voulu (avec des conditions de sol ou météorologiques particulières) À ce moment, une ou plusieurs applications d'engrais foliaires sont utiles. Les nutriments qui ratent la feuille peuvent également être absorbés par le sol.

Fertilisation azotée

Fertilisation en calcium

Magnésium

Fertilisation azotée

La fertilisation azotée se fait en 2 à 3 doses après le démarrage de la végétation, peu avant la floraison, jusqu’à la mi ou fin juin. Les arbres absorbent l’azote principalement sous forme de nitrate. L’azote sous forme de nitrate (anion) peut favoriser l’absorption de cations comme le calcium (Ca++), le magnésium (Mg++) et le potassium (K+). Les doses d’azote peuvent être appliquées spécifiquement sur les rangs d'arbres et seulement occasionnellement dans les passages. Les bandes vertes entre les arbres réduisent le risque de lessivage des nutriments. En utilisant la bande des arbres, il faut noter que l’engrais azoté ne doit pas être concentré à plus du double ; avec P, K et Mg, le volume total peut être concentré sur la bande. La fertilisation azotée peut très bien être réalisée sous forme liquide (avec herbicide ou par irrigation) Dans les nouvelles plantations, la fertilisation est effectuée selon la structure des arbres. Des applications entre la moitié et le volume total sur des plantes en production sont effectuées durant la phase de développement, jusqu’à la 4e année après la plantation.

Fertilisation en calcium

Elle se fait en plus de la fertilisation de base pour des désordres physiologiques tels que noyaux amers, brunissement de la chair, pulpe molle, etc., avec du calcium sous forme de chlorure, oxyde ou chélate. Souvent, un à deux traitements, 5 et 3 semaines avant la récolte suffisent. Dans le cas de variétés sensibles ou ayant une faible nouaison, 4 à 6 traitements sont nécessaires, environ tous les 10 jours. Le calcium est important pour la vigueur et la croissance des parois cellulaires, donc un apport en calcium suffisant est nécessaire pour une bonne qualité de stockage et de conservation.

Magnésium

Selon le profil de croissance et de rendement, les mobilisations annuelles des poiriers atteignent approximativement 30kg MgO/ha. 2/3 des nutriments absorbés se retrouvent dans les feuilles et donc retournent dans le cycle des nutriments. Une forme privilégiée de magnésium pour la fertilisation au sol consiste à utiliser du calcaire contenant du Mg au cours d’un chaulage de conservation. Les poiriers sont classés comme moyennement sensibles au chlorure ; la fertilisation est meilleure avec des engrais à base de potasse sans chlorure ou à faible teneur en chlorure.