JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sols moyennement lourds, non saturés en eau
  • Température minimum
    Germination à partir de 8°C, optimal 12°C et plus
  • pH
    Tolérance à des sols légèrement acides à légèrement alcalins ; pH optimal : 7.0
  • Pluie
    Min. 300 l/m2
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    Selon la variété9 à 11 graines/m²
  • Profondeur de semis
    3-6cm
Maïs à ensilage
Le maïs à ensilage préfère les sols riches en nutriments à teneur élevée en matière organique En raison de l’extraction de la totalité de la plante, une compensation lors du cycle est absolument nécessaire. Comme le maïs-grain, le maïs ensilage a besoin de sols bien aérés et réagit sensiblement au tassement et aux problèmes structurels du sol. Une masse racinaire convenable avec la fonction d’ameublissement d'une culture dérobée présentent des avantages. Le maïs a une demande en eau relativement faible par rapport à son rendement, mais en tant que plante C4, il nécessite beaucoup de chaleur et de nutriments pour obtenir des rendements élevés. Il existe une large gamme de variétés maïs permettant de trouver la bonne variété adaptée à chaque lieu et conditions de précocité. Le comportement de mûrissement des variétés est indiqué par l’indice de précocité, qui va d’environ FAO 200 à plus de FAO 600. Le maïs ensilage est également adapté aux hautes altitudes et peut donc se trouver dans pratiquement toutes les zones agricoles.
Facteurs clés
  • Suveiller la sensibilité au phosphore-potassium
  • Fertilisation de fond au phosphore sur les sols froids
  • Incorporer de l’urée comme application azotée avant la culture
  • Retard de récolte dû à une deuxième application d’azote trop tardive
Informations générales
Informations générales
Besoins nutritionnels
Besoins nutritionnels
Fertilisation
Fertilisation
LE MAÏS : LARGEMENT CULTIVÉ ET PRODUCTIF
Le maïs ensilage est habituellement utilisé à des fins d’alimentation. De plus, la plante est la matière première des usines à biogaz grâce à un rendement maximal en gaz. Indépendamment du recyclage, une grande partie de la plante est toujours hachée et ensilée. Le bon moment de la récolte intervient lorsque la teneur élevée en sucre et en amidon a un effet positif sur la qualité de l'ensilage. En terme de gestion de culture, le maïs à ensilage est tout aussi facile à gèrer que le maïs-grain. Après un semis d’environ 9 à 11 graines par m², un herbicide pour maïs est utilisé, pré-levée ou post- levée, jusqu’au stade 6 feuilles. Particulièrement dans les rotations de cultures avec de la prairie et du fourrage, un risque accru de parasites peut être provoqué par les taupins. Dans ce cas, le recours à des préparations insecticides efficaces ou des granulés avant semis est très utile. En cas de pourcentage élevé de maïs dans la rotation des cultures, il faut surtout mentionner la chenille foreuse du maïs et la chrysomèle des racines du maïs. Le charbon du maïs est une importante maladie fongique, selon la variété et les conditions météorologiques. Les maladies fongiques sont facilement transmises par les précédentes cultures de maïs. Ces infections sont détectées après la récolte dans les valeurs en mycotoxines d’une récolte. De faible présence de maïs dans la rotation des cultures, une fertilisation azotée non excessive et l’utilisation de variétés moins sensibles ont une sérieuse influence sur ces résultats. Les fongicides pour maïs sont actuellement utilisés uniquement en cas de propagation.
Fertilisation du maïs : la bonne quantité de N, P et K est importante.
Le maïs à ensilage a un fort besoin en azote, ainsi qu’une forte demande en phosphate et potasse. Le phosphate est souvent peu disponible pour les jeunes plants de maïs, en particulier dans des conditions humides et froides, mais également dans des conditions très sèches, ou bien quand le sol est tassé. Dans la phase juvénile, le système racinaire du maïs est encore peu développé. La carence en phosphate provoque un enrichissement en anthocyane des feuilles, qui se présente souvent sous forme d’une décoloration rouge ou violette. Les fumiers riches en azote et potassium requièrent une attention particulière au niveau de l’équilibre en phosphate. Le potassium dans la fertilisation du maïs contrôle l’assimilation de l’eau et régule les stomates. En outre, le potassium influence l’assimilation dans les grains. Une partie du besoin en nutriments du maïs est couvert durant le cycle avec du fumier ou en recyclant les résidus de fermentation des usines à biogaz. Vu que toute la plante est récoltée, la quantité globale des nutriments apportés est également exportés ainsi la stratégie de fertilisation doit être traitée différemment du maïs-grain. Le potassium est mieux utilisé sosu forme d'engrais COMPLEX avec du phosphore et de l’azote avant la culture ou en plus de fumier.
Quantités de besoin et d'exportation du maïs à ensilage

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

12

12

Très sensible

P2O5

4.2

4.2

Très sensible

K2O

12

12

Très sensible

MgO

1.9

1.9

Sensible

SO3

2.2

2.2

Sensible

TE

Zinc (Zn) à partir du stade 6 feuilles, le bore (B) favorise la fécondation

Le tableau montre l’assimilation et l’exportation par tonne de maïs ensilage récolté. Le maïs à ensilage a donc principalement besoin d’azote, de phosphore et de potassium. Le soufre et le magnésium doivent également être présents en quantités adaptées. Exemple :une récolte de maïs à ensilage de 20 t/ha extrait 240 kg N/ha. En supposant une quantité de reliquat azoté fourni par le sol (par exemple, 40 kg N/ha) et 20 kg N/ha issus de la culture intermédiaire de légumineuses, 180 kg N/ha seront encore necessaire à l'aide d'une fertilisation minérale. Comme la totalité de la plante est récoltée, ces 240 kg/ha seront exporté de la parcelle.
Recommandations du bon engrais pour maïs ensilage. Le maïs ensilage a besoin de nutriments sous forme concentrée, en particulier durant la première phase de développement de la plante. Ensuite, la plupart des nutriments sont seulement réorganisés dans la plante ou utilisés pour l’absorption d’eau (potassium). L'essentiel de la fertilisation au semis et au stade 4 à 10 feuilles. Les nutriments nécessaires au maïs ensilage peuvent être appliqués avant la culture et ensuite entre 4 et 10 feuilles. Le besoin le plus important en nutriments est durant la première phase de la croissance et il n’a pas été démontré que plusieurs applications entrainent un rendement supplémentaire Il est également préférable d’appliquer les engrais à base de phosphore et potasse avant ou directement au semis. Le fumier est incorporé au sol avant le semis. Une application trop tardive d’azote minéral augmente le risque de brulure des feuilles et un retard de maturité. En cas d’utilisation d’urée et de fumier de bétail, des pertes d’azote par volatilisation sont à prévoir si les apports ne sont pas incorporés dans le sol immédiatement après l'application. La fertilisation de fond sous forme d’engrais NP présente des avantages pour le rendement, particulièrement sur les sols lourds, les endroits froids et les sols à faible teneur en phosphate, car les racines encore petites peuvent s’alimenter directement depuis la zone fertilisée. Une carence temporaire en phosphate lors du développement juvénile peut être très bien corrigée avec un engrais liquide concentré en P ou des sels nutritifs hydrosolubles. Avant le semis du maïs ou même en automne, un chaulage paut être effectué. La quantité maximale de CaO doit être de 1500 kg/ha, de préférence sous forme de carbonate de calcium afin de ne pas immobiliser le bore. Cette quantitée ne doit pas être dépassée. Paramètres de rendement du maïs ensilage : Nombre de plants/m² Rendement en masse fraîche par plant Matière sèche en % La détermination du rendement du maïs résulte d’une répartition optimale d’environ 9 à 11 plants par m² et de plants robustes avec des tiges à croissance longue et régulière. L’épi robuste et sain du maïs ensilage est particulièrement important pour une haute densité énergétique.

Première application

Deuxième application

Première application

Première application avant implantation ou au semis. Le maïs a besoin de nutriments durant la première phase de sa croissance et jusqu’à la floraison. La fertilisation avant ou pendant le semis est donc optimale pour la détermination du rendement. Avec une formule NPK appropriée, tous les nutriments nécessaires peuvent être apportés en une seule application. La fertilisation azotée du maïs, dépendante de l’apport ultérieur du sol, est basée sur l’extraction, qui correspond à environ160 à 180 kg N/ha. Il est important d’utiliser des nutriments principaux hydrosolubles : à partir du stade 6 feuilles, une formation de biomasse quotidienne élevée commence, associée à des taux d’absorption de nutriments élevés de plusieurs kg/ha par jour. Une fertilisation sur maïs accentuée en phosphore assure de bons rendements.

Deuxième application

Principale application entre 4 et 10 feuilles. En cas d'objectif de rendement élevé et donc de besoins important en azote, ainsi que sur les sols légers afin de protéger contre les pertes de lessivage, la fertilisation azotée est divisée en 2 applications. 1/2 à 2/3 de la quantité totale d’azote doivent être ajoutés sous forme d’application d’azote nitrique à action rapide entre 4 et 10 feuilles, l’idéal étant de l’appliquer vers le stade 6 à 8 feuilles. Une fertilisation plus tardive n’apporte aucun avantage de rendement, mais comporte le risque de brûlure des feuilles et de retard de maturation.