JE RECHERCHE UN

FERTILISANT

CONTENANT

NUTRIMENT

POUR

CULTURE

Recherche
  • Texture du sol
    Sols moyennement lourds, non saturés en eau
  • Température minimum
    Croissance dès 8°C
  • pH
    Tolérance à des sols légèrement acides à légèrement alcalins ; pH optimal : 7.0
  • Pluie
    min. 250 l/m2
  • Vernalisation
    -
  • Densité de la culture
    Selon la date et la variété 7 à 10 graines/m²
  • Profondeur de semis
    3-6 cm
Maïs-grain
Le maïs-grain préfère les sols profonds et bien alimentés. Les sols bien aérés sont favorables à un réchauffement rapide et à une bonne croissance des racines. Le maïs n’a pas de racine pivotante et tire profit de cultures dérobées ameublissant le sol avant sa culture. En tant que plante C4, le maïs a une demande en eau relativement faible par rapport à son rendement, mais nécessite beaucoup de chaleur et de nutriments pour obtenir des rendements élevés. Une énorme diversité de variétés permet de fournir une variété adaptée à chaque lieu et aux conditions de récolte correspondantes. Le comportement de mûrissement des différentes variétés est spécifié par l’indice de maturité, qui va d’environ FAO 200 à plus de FAO 500. Seuls des conditions météorologiques très sèches, ombrager ou brumeux empêchent la récolte du maïs-grain en automne.
Facteurs clés
  • Suveiller la sensibilité au phosphore-potassium
  • Application complète d’azote possible avant la culture
  • Lors de l'application : fertiliser au stade 4 feuilles, l’application d’azote tardive retarde le mûrissement
  • Fertilisation du sous-sol sur les sols à faibles réserves
Informations générales
Informations générales
Besoins nutritionnels
Besoins nutritionnels
Fertilisation
Fertilisation
Maïs : la gestion de la culture simplifiée
Le maïs-grain est utilisé comme maïs fourrager ou pour l’amidon de maïs. Dans l’industrie de traitement de l’amidon, un maïs cireux spécial est également demandé. En outre, le maïs-grain sert comme matière première industrielle pour la production d’acide citrique. La gestion de la culture du maïs est relativement simple. Après culture d’environ 7 à 10 graines par m² en semis en ligne, un herbicide pour maïs est utilisé, avant ou après la levée, jusqu’au stade 6 feuilles. En cas de besoin, un fongicide ou un insecticide sont utilisés ultérieurement durant la phase de croissance. Les maladies fongiques sont facilement transmises par les précédentes cultures de maïs. Ces infections sont détectées après la récolte dans les valeurs en mycotoxines d’une récolte. Le labour pour incorporer la paille de céréales et le choix de la variété sont des moyens pour pallier à ce problème. Les parties de maïs infesté ne sont pas autorisées pour l’alimentation humaine ou animale.
Le bon engrais maïs est crucial pour le rendement
Le maïs-grain a une forte demande en azote, ainsi qu’une forte demande en phosphate et potasse. Le phosphate est souvent peu disponible pour les jeunes plants de maïs, en particulier dans des conditions humides et froides, mais également dans des conditions très sèches, ou bien quand le sol est tassé. Dans la phase juvénile, le système racinaire du maïs est encore peu développé. La carence en phosphate provoque un enrichissement en anthocyane des feuilles, qui se présente souvent sous forme d’une décoloration rouge ou violette. Le potassium dans la fertilisation du maïs contrôle l’assimilation de l’eau et régule la stomate. En outre, le potassium influence l’assimilation dans les grains. La majorité des nutriments reste dans la paille et par conséquent pour la prochaine culture. Le maïs n'est pas très sensible au chlorure et la fertilisation potassique se fait individuellement suivie d’un engrais NP, ou d’engrais NPK avant le semis.
Quantités de demande et d'exportation du maïs-grain

Elément

Besoin

(unité/t de récolte)

Exportation

(unité/t de récolte)

Sensibilité à la carence

N

22

14.3

Très sensible

P2O5

7

6

Très sensible

K2O

12.9

5.5

Très sensible

MgO

1.8

1.3

Sensible

SO3

3

2.3

Sensible

TE

Zinc (Zn) à partir du stade 6 feuilles, le bore (B) favorise la fécondation

Le tableau montre l’assimilation et l’exportation par tonne de maïs-grain récolté. Le maïs-grain a donc principalement besoin d’azote, de phosphore et de potassium. Le soufre et le magnésium doivent également être présents en quantités adaptées. Exemple :une récolte de maïs-grain de 12 t/ha extrait 264 kg N/ha. En supposant une certaine quantité de réapprovisionnement en azote par le sol (par exemple, 60 kg N/ha) et 40 kg N/ha issus de la culture intermédiaire de légumineuses, 160 kg N/ha doivent toujours être ajoutés au moyen d'engrais. 171 kg N/ha seront exporté de la parcelle par la récolte.
Recommandations pour le bon engrais pour le maïs. Le maïs-grain a besoin de nutriments sous forme concentrée, en particulier durant la première phase du développement de la masse, jusqu’à la floraison. Ensuite, la plupart des nutriments sont seulement réorganisés dans la plante ou utilisés pour l’absorption d’eau (potassium). L'essentiel de la fertilisation au semis et au stade 4 à 10 feuilles. Les nutriments nécessaires au maïs-grain peuvent être appliqués avant la culture et ensuite entre 4 et 10 feuilles. Il est également préférable d’appliquer les engrais à base de phosphore et potasse avant ou directement au semis. La fertilisation de fond sous forme d’engrais NP présente des avantages pour le rendement, particulièrement sur les sols lourds, les endroits froids et les sols à faible teneur en phosphate, car les racines encore petites peuvent s’alimenter directement depuis la région fertilisée. Une carence temporaire en phosphate lors du développement juvénile peut être très bien corrigée avec un engrais liquide concentré en P ou des sels nutritifs hydrosolubles. Le maïs-grain peut être chaulé avant le semis ou en automne. La quantité maximale de CaO doit être de 1500 kg/ha, de préférence sous forme de carbonate de calcium afin de ne pas immobiliser le bore. Cette quantitée ne doit pas être dépassée. Paramètres de rendement du maïs-grain Nombre de plants/m² Nombre de grains sur l’épi Poids de mille grains La détermination du rendement résulte d’une répartition optimale d’environ 8 à 9 plants au m² et d’un épi proportionnellement robuste et sain.

Première application

Deuxième application

Première application

Première application avant implantation ou au semis. Le maïs-grain a besoin de nutriments au début de sa croissance. Par conséquent, la fertilisation incorporée au sol avant le semis est idéale. 1/3 à 1/2 de la quantité d’azote requise dans les nutriments peut être appliqué à l’aide d’une formule NPK appropriée. De même, une seule fertilisation en nutriments (principalement de l’azote et de la potasse avant l’ensemencement, du phosphate sous forme d’un engrais NP dans la région des racines) est possible. Si de l’urée est utilisée comme composant azoté, l’incorporation au sol est essentielle pour éviter les pertes d’azote gazeux dans l’atmosphère. La fertilisation azotée du maïs, dépendante de l’apport ultérieur du sol, est basée sur l’extraction, qui correspond à environ160 à 180 kg N/ha. Il est important d’utiliser des nutriments principaux hydrosolubles : à partir du stade 6 feuilles, une formation de biomasse quotidienne élevée commence, associée à des taux d’absorption de nutriments élevés de plusieurs kg/ha par jour.

Deuxième application

Principale application entre 4 et 10 feuilles. En cas d'objectif de rendement élevé et donc de besoins important en azote, ainsi que sur les sols légers afin de protéger contre les pertes de lessivage, la fertilisation azotée est divisée en 2 applications. 1/2 à 2/3 de la quantité totale d’azote doivent être ajoutés sous forme d’application d’azote nitrique à action rapide entre 4 et 10 feuilles, l’idéal étant de l’appliquer vers le stade 6 à 8 feuilles. Une fertilisation plus tardive n’apporte aucun avantage de rendement, mais comporte le risque de brûlure des feuilles et de retard de maturation.